Un chirurgien toxicomane condamné pour terrorisme visuel aux Etats-Unis

C'est à Los Angeles qu'une dame de 17 ans, Rosa Karpan a porté plainte contre son chirurgien, le docteur Rathey, pour lui avoir lamentablement raté les lèvres lors d'une opération.

Le chirurgien reconnaît l'usage de drogue

L'Avocat de l'accusé, le célèbre Maître Brontox, connu pour avoir défendu la liberté sexuelle des prostitués dans les années 1960, s'explique sur l'affaire dans une interview exclusive qu'il a accordée à Closer :

« Mon client, Mr Rathey est un homme brillant. C'est dans le respect total des normes d’hygiène que cette opération s'est déroulée. Il reconnaît avoir consommé des matières illicites mais cela dans le seul but de trouver l’inspiration pour réaliser son oeuvre. La plaignante lui ayant demandé des lèvres "qui donnent envie". » Ainsi, il explique qu'étant donné que les faits qui lui sont reprochés sont assez graves, son client est prêt à rembourser intégralement l'opération et à offrir 1 an de séance de botox, un geste qu'il estime généreux.

La victime n'en démord pas !

Rosa Karpan la victime estime que le compromis n'est pas adapté à sa situation comme elle nous l'explique :

« Moi je, ce que je voulais c'était des lèvres sexy. Pour plaire aux garçons. Des lèvres appétissantes qui donnent envie, vous voyez le truc. Mais là s'est totalement abusé ! Ce chirurgien là , il a fait n'importe quoi. J'ai perdu tous mes amis, en plus, je voulais des lèvres en forme de coeur et là ce qu'il m'a fait, on dirait des saucisses... Je suis végétarienne, imaginez le traumatisme. Sa proposition avec 1 an de Botox, non mais c'est stupide. Moi je pars en vacances chaque année en juillet, j'ai vraiment pas le temps pour une séance si longue, cela ne va pas se passer comme cela ! »

La jeune femme très remontée a même envisagé de contacter les prud'hommes.

Rosa obtient gain de cause.

C'est dans ce climat de tension qu'a eu lieu le procès d'Yvon Rattey au tribunal de Los Angeles.

Le chirurgien a été condamné pour trouble à l'ordre public et terrorisme visuel à 36 heures de prison ferme avec possibilité de remise de peine.

Dans le cadre de sa condamnation, il devra suivre un stage de 6 mois dans une école de maçonnerie.

La victime quant à elle a refusé les 500.000 Dollars de dommages-intérêts, expliquant qu'elle préférait partir en vacances dans sa famille en juillet.

Partagez cet article avec vos amis !
Vous en pensez quoi ? Donnez votre avis ici !
Vous aimerez aussi ces articles :